Krampouzh Rusia

Publié le par G.G.M.

Les crêpes de Russie

"Ne garen ket Breizh abalamour ma paree ma aonioù, met he c'haren ha setu perak e pareen."

"Je n'aimais pas la Bretagne parce que je guérissais, mais je l'aimais et c'est pourquoi je guérissais".
Krampouzh Rusia

Yulia Borisova a zo ur Rusianez yaouank eus Rostov Veliki – Rostofa e norreg kozh – en oblast Iaroslavl, ur vro vihan e kornôg ar Rossiïskaïa Federatsiïa [1], nepell diouzh Moskov na diouzh Sant-Petersbourg. Bevañ a ra gant he zud e rann istorel kêr Rostov, lec'h m'eo chomet ar C'hremlin ha savadurioù brav [2].

E miz Here 2004 edo o sellout gant he zad ouzh ur film anvet "Black hawk down" – "Diskar ar falc'hun du"- lec'h ma vez klevet ur gananouenn gant Denez Prigent, e brezhoneg evel-just. "Petra emaint o kanañ, aze, ne gomprenan ket", eme an tad. "Lavar din, Yulia, te hag a oar saozneg…" Yulia ne ouie ket kennebeut ha ne reas ket van… D'an hevelep mare e kroge ganti ur c'hleñved bredel, eus ar re a c'hoarvez gant lod ac'hanomp: paket e voe gant un aon bras rak an diavaez hag an ec'honded.

C'hwec'h vloaz war-lec'h e kouezhas Yulia dre zegouezh war an hevelep kanaouenn, war ar genrouedad, dre un video gouestlet d'an tsarez Alexandra Feodorovna - Doue d'he fardono. An taol-mañ e voe bamet gant ar yezh hag e sante en he diabarzh e veze pareet ganti: "Kavet 'm eus brav-kenañ an distagadur, flour ha dudius". Ha buan e savas enni ar c'hoant da zeskiñ ar yezh. Ha bremañ ez eo deuet ampart a-walc'h warni.

Yulia a gar sevel barzhonegoù ha danevelloù. E rusianeg e krogas d'ober evel-just, hogen, evit ezteurel he santadoù, ne gav ket bremañ doare gwellañ da skrivañ, emezi, eget ober e brezhoneg. Div varzhoneg dezhi e brezhoneg a zo bet embannet e Breizh, gant ar gelaouenn "Al Liamm". Tremen a ra amzer ivez o treiñ e brezhoneg skridoù rusianek. Hag he strivoù evit mestroniañ ar yezh a ya da harpañ ar re evit mont dreist d' he agorafobia: "Ne garen ket Breizh abalamour ma paree ma aonioù, met he c'harout a raen ha setu perak e pareen."

"Ha bremañ ne skrivan nemet e brezhoneg. Plijout a ra din selaou, klevet, komz ho yezh" emezi "ha ma c'hellfe ar garantez-se bezañ talvoudus da Vreizh e vefen laouen-tre". Kement-se a ziskouez ez emañ ar yezh hag ar vro en tu-hont d'ar c'homzoù ha d'an traoù danvezel. Ar brezhoneg, hervez tud evel sant Jerom pe c'hoazh an tad Maner, a gontfe zoken e-touez ar yezhoù bet krouet gant an Aotrou Doue goude darvoud tour Babel; ur yezh, neuze, a vefe embannet ar Gomz Santel drezi e-touez an Gelted hag evit ar bed holl, a-gevret gant ar yezhoù ha poblou all, ouzh o digeriñ d'ar Silvidigezh hag o awenañ da sevel sevenadurioù lies ha yac'h en ur c'hortoz distro ar Salver. Hag etre ar broadoù ha pobloù disheñvel an eil re diouzh ar re all e vije liammoù arbennik, evel etre Breizh ha Rusia, etre Keltia ha Slavia war a seblant: ar mennozh-mañ a zo tomm ouzh kalon Yulia ivez. "Slavia ha Keltia a zo bras ha ledan o-div, ha n'ouzon ket, peseurt liammoù a c'hall bezañ etrezomp, met kavout a ran kalz liammoù e meur a stumm etre Rusia istorel, al lec'h ma'z on bet ganet hag a anavezan mat, ha Breizh, a anavezan gwelloc'h eget broioù keltiek all". A zivout an dra-se eo mat ivez marteze lavarout eoYulia levezonet abaoe pell gant an tiegezh Romanov , hag a zo tost d'he c'halon evel kerent hag evel sent ivez: kement-se a vefe stag ivez, emezi, ouzh he c'harantez evit Breizh. Hag int bet lazhet e-pad an dispac'h, e vefe troet o fedenn hanterouriezh abaoe davet Rusia ha daved Europa ivez emichañs: ha daoust hag e vefe Breizh tomm ouzh o c'halon?

A pezh a c'hoarvezas gant Yulia e-keñver Breizh ne oa ket dre zegouezh, hervezi. Hag un darvoud stag ouzh Feiz ar Rusianiz hag ar Vretoned, hag ouzh hanterouriezh hon hendadoù, ne lavaran ket. Seurt traoù zo diaes da grediñ evit ar bed. Evidomp-ni avat, kristenion Breizh, e c'hellont bezañ frealzus war hon hent diaes a adsavidigezh hiniennel ha broadel. Bezomp muioc'h mui emouez eta eus hon lec'h arbennik er bed, evel tud ha tud a Vreizh, hag evel izili un tiegezh bras etrebroadel.

Nevez zo em eus goulennataet Yulia evit gouzout peseurt sant pe sent a zo patroned kêr Rostov. Dre ma ne ouie ket he deus graet he enklask ha souezhet bras e voe pa ouezas e oa santez Anna ha sant Yoac'him! Hag anv kozh manati Sant-Jakez eno a zo hini Mammelezh Santez Anna, hag a zo chomet evit un iliz en e vogerioù.

Un dra dedennus all em eus gouezet digant Yulia. Gouzout a rit petra eo ar Maslenitsa? Un devezh er bloaz pa vez an dud o c'houlenn pardon an eil ouzh egile, evit an droug bet graet a-hed ar bloavezh: setu aze ster hon pardonioù kozh e Breizh ivez! Ha Maslenitsa zo ivez an deiz diwezhañ a-raok ar C'horaiz, evit ar Reizvridi atav: ar bloaz-mañ e kouezhas da geñver Sul ar C'hinkajesim evit ar Gatoliked, neuze an hini a-raok Merc'her al ludu!

D'an deiz-se e vez lavaret "kenavo" d'ar goañv, hag e spered an dud eo ivez Gouel ar C'hrampouezh, rak eus ar re-mañ e vez debret da-geñver ar Sul-se.

************************

[1]Kevredad Rusia

[2] Ar gêr kremlin a dalv evit al lec'h-greñv er ur ger a Vro-Rusia, lec'h ma kaver ivez ilizoù ha manatioù.


da lenn / à lire :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Car%C3%AAme_orthodoxe

*************************************************************************

Kremlin Rostov Veliki / le kremlin de Rostof-la-Grande

Kremlin Rostov Veliki / le kremlin de Rostof-la-Grande

Youlia Borisova est une jeune Russe de Rostov Veliki – Rostova en vieux norrois -, située dans l'oblast de Iaroslavl, un petit pays à l'ouest de la Fédération Russe, pas loin de Moscou ni de Saint-Petersbourg. Elle vit avec ses parents dans le quartier historique, là où l'on trouve le Kremlin* et les anciennes maisons.

En octobre 2004, elle regardait avec son père un film intitulé "Black hawk down" – je ne connais pas le titre en français – où l'on entend Denez Prijent chanter en breton. "Mais qu'est-ce qu'ils chantent, là, je ne comprends pas", dit le père. "Dis-le moi, Youlia, toi qui connaît l'anglais…" Youlia ne savait pas non plus et elle passa outre. A la même époque elle commença d'être atteinte de l'une de ces maladies psychologiques qui arrive à nombre d'entre nous: une phobie du monde extérieur et des grands espaces (rues, églises…).

Six années plus tard, Youlia trouva sur internet  par hasard à nouveau la même chanson, en visionnant une vidéo sur  Alexandra Feodorovna, la tsarine épouse de Nicolas II. Cette fois, elle fut saisie par la langue et elle sentit en elle-même que celle-ci la guérissait: "Je trouvai très belle et délicate la prononciation qui m'enchantait". Le désir lui monta rapidement d'apprendre la langue. Aujourd'hui, elle se débrouille bien avec le breton.

Youlia aime composer des poèmes et des nouvelles. Ayant pour ce faire commencé d'écrire bien-sûr en russe, elle ne peut pourtant plus aujourd'hui se passer du breton pour traduire ses sentiments. Deux de ses poèmes ont même  été publiés en Bretagne, dans la revue "Al liamm". Elle passe aussi du temps à traduire en breton des écrits russes. En même temps qu'elle fait des efforts pour maîtriser le breton, sa lutte contre l' agoraphobie disparaît petit à petit:  "Je n'aimais pas la Bretagne parce que je guérissais, mais je l'aimais et c'est pourquoi je guérissais".

"J'aime écouter, entendre, parler votre langue" dit-elle, "et si cet amour pouvait être d'utilité pour la Bretagne, j'en serais très heureuse" Autant de choses qui montrent qu'une langue et son pays sont au-delà des mots et des choses palpables. Selon saint Jérôme ou encore le père Maunoir, le breton compterait parmi les langues directement créées par Dieu suite à l'événement de la tour de Babel; une langue donc par laquelle serait publiée la Parole Divine aux Celtes et au monde entier, simultanément avec les autres langues et peuples du monde, les ouvrant au Salut et leur inspirant des cultures saines et diverses avant le retour du Sauveur. Il y aurait aussi apparemment des liens spéciaux entre tel et tel peuple de la terre, comme entre la Bretagne et la Russie: cette idée est chère au cœur de Youlia. "La Slavie et la Celtie sont grandes et étendues toutes les deux, et je ne sais pas quels liens il peut il y avoir entre elles, mais je trouve qu'il y a des liens de différentes sortes entre la Russie historique, où je suis née et que je connais bien, et la Bretagne, que je connais mieux que les autres pays celtiques."

A ce point du récit, il serait peut-être à propos d'évoquer la grande influence de la famille Romanov sur Youlia, qui sont pour elle comme des seconds parents mais aussi des saints: ce fait, d'après elle, ne serait pas étranger à son amour pour la Bretagne. Il serait logique en tout cas, qu'après avoir été assassinés pendant la révolution, leur prière d'intercession soit tournée vers la Russie et l'Europe; et il se pourrait que la Bretagne leur soit chère particulièrement.

Selon Youlia, ce qui lui est arrivé à l'encontre de la Bretagne n'est pas un hasard.  Je dirais même que cet événement est lié à la foi des Russes et des Bretons, et particulièrement à l'intercession de nos ancêtres. Ces choses ne seront pas reçues par le monde. Par contre, pour nous autres chrétiens de Bretagne, elles peuvent nous encourager sur la voie difficile du relèvement de nos personnes et de nos pays. Soyons donc de plus en plus conscients de notre place particulière dans le monde, comme hommes et femmes de Bretagne, mais aussi que nous ne sommes pas seuls parmi les nations.

Dernièrement, j'ai questionné Youlia au sujet de savoir quel ou quels patrons compte la cité de Rostov. Comme elle ne savait pas, elle a cherché et quelle ne fut pas sa surprise quand elle apprit que c'étaient sainte Anne et Joachim! L'un des anciens monastères de Rostov, celui de Saint-Jacques, se nommait autrefois de la Conception de Sainte Anne, et ce nom est resté pour l'une des église de l'enceinte.

Youlia m'a appris une autre chose intéressante. Savez-vous ce qu'est la Maslenitsa? Un jour annuel où les gens se demandent pardon pour le mal qu'ils se sont faits tout au long de l'année: là aussi, Youlia fait le lien avec la Bretagne. Maslenitsa est aussi le dernier jour avant le Carême pour les Orthodoxes, qui tombe cette année le Dimanche de la Quinquagésime dans l'ancien rite catholique, soit celui qui précède le Mercredi des Cendres! C'est enfin le jour où l'on dit aurevoir à l'hiver, et qui est devenu la Fête des Crêpes dans l'esprit des gens, car l'on mange des crêpes ce Dimanche là.

 

* On peut définir le mot kremlin (en russe : Кремль, Kreml) comme la citadelle de la ville. Les villes anciennes russes n'avaient pas de murailles, exceptée la partie centrale avec la cathédrale, le palais du souverain de la ville, etc.

 

da lenn diwar-benn ar C'horaiz reizvriat / à lire sur le Carême orthodoxe :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Car%C3%AAme_orthodoxe

Krampouzh Rusia
Rostov Veliki: manati sant Jakez, gwechall Mammelezh Santez Anna. An anv-se avat a zo bet miret gant an iliz a weler war ar skeudenn gant he bolz-toennoù glas.

* * *

Le monastère Saint-Jacques, autrefois nommé de la Conception de Sainte Anne, nom que porte encore l'église que l'on peut apercevoir à gauche de la photo, avec ses dômes bleus.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ronan Olier 30/05/2014 22:21

Daoust hag e vo tu da lenn skridoù Soloviev e brezhoneg un deiz bennak ?

Ronan Olier 31/05/2014 21:42

Ket, Vladimir Soloviev an hini eo. (1853 - 1900).
Ur bajenn Wikipedia a zo gouestlet dezhañ (e galleg).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Vladimir_Soloviev

Ronan.

Gweltaz 31/05/2014 16:47

Leonid Soloviev (1906-1962)?