Hon troiad « Feiz ha sevenadur »

Publié le par Andrev

Hon troiad « Feiz ha sevenadur »

* D’ar Sul 8 a viz Mae 2016

gant Tiegezh Santez Anna

Da-geñver pardon Itron-Varia ar Bleuñv e miz gwengolo diwezhañ hor boa graet hor soñj endeo aozañ un troiad evit dizoleiñ chapelioù Ploue gant skoazell Mikael, ur mignon eus ar vro-se gouiziek-tre a-fed istor ha sevenadur.

C’est à l’occasion du Pardon de Notre-Dame des Fleurs en septembre dernier que nous avions déjà envisagé d’organiser une excursion pour découvrir les chapelles de Plouay sous la conduite de Mikael, un ami originaire de ce pays dont il connaît fort bien l’histoire et la culture.
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »

Emgav a oa bet roet d’an dud eta e-tal chapel ar Bleuñv da greisteiz hanter evit merenn lodennnet er gwasked. Degouezhet eo hon ambrouger Mikael neuze d’hon lakaat da weladenniñ chapel e garter gant e-leizh a zitouroù a-zivout he istor, he adeiladurezh oc’h ober dibarded ar santual-se savet war vevenn Bro-an-Oriant ha Bro-Bourled kement ma lavarer emañ ar soubould war barrez an Ignel, en tiriad pourlet eta. Deurus-tre eo ar chapel-mañ daoust dezhi bezañ bet disleberet a-walc’h. Diskennet omp da c’houde betek ar feunteun e-ser kanañ kantik Itron-Varia ar Bleuñv e gwenedeg flour.

Le rendez-vous avait été fixé à midi et demie devant la chapelle des Fleurs pour partager le repas sous un abri. Mikael, notre guide, est donc arrivé pour nous faire visiter la chapelle de son quartier, usant de ses connaissances en matière d’histoire et d’architecture pour mettre en lumière les richesses de ce sanctuaire bâti à la limite du Pays-de-Lorient et du Pays-Pourlet, tant et si bien que l’on dit d’ailleurs que la sacristie est élevée sur la paroisse d’Inguinel, en territoire pourlet donc. La chapelle est très intéressante malgré les dommages qu’elle a subie au long de l’histoire. Nous sommes ensuite descendus jusqu’à la fontaine en chantant le cantique de Notre-Dame des Fleurs en beau breton vannetais.
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »

Da c’houde hon eus tizhet nevedan Itron-Varia Delivrañs a c’hellfec’h envel Itron-Varia Diboan pe Itron-Varia an Dieubidigezh ma oa gwezhall ur pardon bras ha dres, pezh ne ouiemp ket, d’an eil Sul a viz Mae ! O sentiñ d’an hengoun hon eus graet teir gwezh tro ar savadurig en ur bediñ goude hor bout kanet ar c’hantik bet kinniget dimp gant hon ambrouger.

Puis nous avons fait un arrêt à l’oratoire de Notre-Dame de Délivrance où l’on célébrait jadis un grand pardon - nous l’ignorions - précisément le deuxième dimanche de mai ! Suivant la tradition, nous avons fait trois fois le tour du petit édifice en priant, après avoir chanté le cantique grâce à notre guide.
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »

Warlerc’h hon eus diraezet chapel Sant-Visant a-hed un hent roman. Lennet eo bet eno un tamm eus buhez patron ar chapel, sant Visant Ferrer, ur sant misioner katalan a zo marvet e Gwened e 1419 e-kerzh un droiad e Breizh war goulenn an Dug. Adarre hon eus kanet un tamm eus kantik ar chapel oc’h en em fiziout en erbederezh ar sant burzhudour.

Ensuite, nous avons rejoint la chapelle Saint-Vincent en suivant une ancienne voie romaine. Là, nous avons lu un extrait de la vie du patron de la chapelle, saint Vincent Ferrier, missionnaire catalan mort à Vannes en 1419 lors d’une mission qu’il effectua à la demande du Duc de Bretagne. Nous avons chanté une partie du cantique de la chapelle en nous confiant à l’intercession du saint connu pour ses miracles.
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »

Kendalc’het hon eus hor pirc’hinadenn davet chapel Santez-Anna en ul lec’h espar war un dorgenn goadek a-zioc’h ur gammdroienn eus ar Skorf ma voe savet ur voudenn a weler c’hoazh gant he c’hleuzioù don. Goude bezañ arvestet ouzh an ardremez ez omp aet tre er chapel da ganañ ar gousperoù o kregiñ gant ar Veni Creator dre ma oamp gant naved prientiñ ar Pantekost. Ha kanet hon eus kantik santez Anna o tiskenn trama ar feunteun er flagennig dudius a vez dizoloet aes adalek an hent.

Puis nous avons continué notre pèlerinage vers la chapelle de Sainte-Anne située dans une site magnifique, sur une colline dominant un coude de la vallée du Scorff où l’on voit encore une ancienne motte avec ses fossés profonds. Après avoir admiré le paysage, nous sommes entrés dans la chapelle pour y chanter les vêpres en commençant par le chant du Veni Creator, en cette neuvaine de préparation à la Pentecôte. Puis, en chantant le cantique de sainte Anne, nous sommes descendus vers le gracieux vallon où s’élève la fontaine que l’on découvre facilement à partir de la route.
Hon troiad « Feiz ha sevenadur »

Echuet hon eus hon troiad kaer gant merenn-vihan, pe koan zoken diouzh an eur diwezhat. Meuleudi ha klod da Zoue evit an devezh hollgaer-mañ da-geñver Miz Mari, dindan mantell santez Anna.

Nous avons fini notre excursion par le goûter qui fut même un dîner vu l’heure déjà tardive. Louange et gloire à Dieu pour cette belle journée du Mois de Marie sous le manteau de sainte Anne.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article