War roudoù ar Feiz

Publié le par Andrev

Emgav Tiegezh Santez Anna

D’ar Sul 5 a viz Mae 2019  

*

*                  *

Troiad war roudoù ar Feiz

*

*                             *

Da-geñver Miz Mari hag e-doug Jubile sant Visant, deuit da bediñ a-benn prientiñ ar Pantekost o weladenniñ santualioù eus ar vro ha pergen chapel Sant-Elouan bet adsavet war intrudu an Tad Juluan Maner.

Emgav da 11e hanter e chapel Sant-Elouan, war barrez Sant-Wenn (nepell diouzh Mur), evit an oferenn e brezhoneg lidet gant an Tad Ivan Brient.

Tinellig tennet eus ar sac’h e sal ar gumun.

Goude merenn : gweladenn an iliz parrez, chapel Sant-Pabu lec'h ma weler un delwenn eus sant Visant Ferrer, ha chapel Sant-Elouan lec'h ma kanimp ar gousperoù.

 

Rencontre Tiegezh Santez Anna

Le dimanche 5 mai 2019 - Excursion sur les sentiers de la Foi

En ce Mois de Marie et à l’occasion du Jubilé de saint Vincent Ferrier, venez préparer la Pentecôte en visitant des sanctuaires du pays et particulièrement la chapelle Saint-Elouan, qui fut relevée par le Bienheureux Julien Maunoir.

Rendez-vous à 11h30 à la chapelle Saint-Elouan en Saint-Guen (non loin de Mur-de-Bretagne), en Cornouaille, pour la messe en breton célébrée par l'abbé Brient.

Pique-nique tiré du sac à la salle communale.

Après le repas : visite de l’église de Saint-Guen, de la chapelle de Saint-Pabu où se trouve une statue de saint Vincent Ferrier, et présentation de la chapelle Saint-Elouan où nous célèbrerons les vêpres.

Meeting Tiegezh Santez Anna (Family of St. Anne)
Sunday, May 5, 2019 - Excursion
on the paths of Faith

In this month of Mary and on the occasion of the Jubilee of St. Vincent Ferrer*, come and prepare Pentecost by visiting the sanctuaries of the country and especially the chapel of St. Elouan, which was relieved by Blessed Julian Maunoir (XVII. c.)

Appointment at 11:30 in Saint-Elouan chapel in Saint-Guen (not far from Mur-de-Bretagne), in Cornwall, for the mass in Breton celebrated by Father Brient.

Picnic taken from the bag at the communal hall.

After the meal: visit the church of Saint-Guen, the chapel of Saint-Pabu where there is a statue of Saint Vincent Ferrier, and presentation of the chapel Saint-Elouan where we celebrate vespers.

* Vincent died on 5 April 1419 at Gwened (Vannes) in Brittany and was buried in the Cathedral of this town. Before dying, he asked the Bretons to remain faithful to him to continue to benefit from the Graces that God wants to give them for their country.

Extrait de la Vie du P. Maunoir, par le P. Séjourné, de la Compagnie de Jésus. M. Guillaume Gallerne qui avait été guéri plusieurs fois au tombeau de Saint Elouan, avait pris à coeur la reconstruction de l'ancienne chapelle. Déjà, depuis la grande mission de Mûr, en 1646, la dévotion au grand protecteur de ces contrées s'était ranimée et des grâces insignes avaient récompensé la foi des pèlerins accourus des évêchés de Quimper, de Tréguier, de Saint-Brieuc et de Vannes. Le carême de 1650 avait donné une impulsion nouvelle à la confiance des peuples. M. Gallerne ne voulut pas différer plus longtemps de mettre la main à l'oeuvre. Il pria les P. P. Bernard et Maunoir de se rendre à Mûr, afin de disposer les habitants de la paroisse et ceux de la trève de Saint-Guen aux grandes solennités qui devaient accompagner la pose de la première pierre. La sainte veuve Catherine Danielou fut invitée par le recteur de Mûr à venir joindre ses prières à celles des fidèles de sa paroisse, et son humble obole fut le point de départ des largesses qui se firent en vue de la construction de la Chapelle. Saint Elouan fit connaître dans de mystérieuses apparitions qu'il désirait que son tombeau demeurât comme autrefois enclavé dans la muraille de la nouvelle chapelle. Il disait que de nombreux pèlerins viendraient la visiter, que l'eau de son tombeau multiplierait les miracles, que les sourds entendraient, que les boiteux marcheraient, et que les affligés trouveraient près de lui secours et consolations. Le Vénérable P. Maunoir fit imprimer des cantiques à Saint-Elouan où toutes ces grâces futures étaient rappelées, et prépara les populations à la grande fête. La pose de la première pierre eut lieu le 26 juillet 1651. Une procession générale d'enfants avait été organisée par le P. Maunoir : elle représentait toutes les saintes phalanges du paradis. Bien que toute la matinée eût été fort pluvieuse, le Vénérable n'hésita pas à donner l'ordre du départ. Mais au moment où celui qui faisait le rôle de Saint Michel, franchit l'enceinte de l'église de Mûr, la pluie s'arrêta soudain et le reste de la journée, le temps fut magnifique. Quand la procession fut arrivée sur les terres de Saint-Guen, au tombeau de Saint Elouan, le P. Maunoir monta dans une chaire improvisée et adressa la parole au plus bel auditoire qu'il eût jamais eu jusqu'alors. Près de trente mille pèlerins venus des quatre évêchés de Cornouaille, de Tréguier, de Saint-Brieuc, de Vannes, étaient là pour l'entendre. Sa prédication fut si émouvante qu'elle renouvela dans tous les coeurs la dévotion des fidèles envers Saint Elouan, et son tombeau devint plus célèbre que jamais. Un concours immense de peuple se fit de nouveau autour du tombeau. Les pénitents assiégèrent la place. Le P. Maunoir et le P. Bernard ne suffisant plus à la tâche, M. Galerne, recteur de Mûr et six prêtres de sa paroisse en partagèrent les fatigues avec eux. Depuis lors, chaque année, prés de quatre-vingt mille pèlerins se rendaient au tombeau de Saint Elouan et pouvaient voir de leurs yeux l'accomplissement littéral de la prophétie du saint anachorète. Car ainsi qu'en faisaient foi les dépositions des témoins et les actes authentiques rédigés sur l'ordre de Mgr. de Cornouaille, par le recteur de Mûr, les paralytiques marchaient, l'ouïe était rendue aux sourds, et les malades les plus incurables étaient guéris. Ajoutez à cela, écrit le P. Maunoir, que les prodiges opérés dans les corps ne semblaient être que le symbole des merveilles accomplies dans les âmes des pécheurs. Quant à la chapelle de saint Elouan, M. Galerne en poursuivit pendant cinq ans la construction. Les libéralités des Bretons lui vinrent en aide, et les seuls habitants de Mûr lui fournirent environ trois mille charrois (Vie du Père Maunoir, par le Père Séjourné).

Infobretagne

War roudoù ar Feiz
War roudoù ar Feiz
War roudoù ar Feiz
War roudoù ar Feiz
War roudoù ar Feiz
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article